Actualités de l'industrie

Électrification des transports et batteries électriques: Shawinigan est prête pour la zone d’innovation

Articles - Image d'intro
Alors que l’annonce d’une zone d’innovation dans la région est à prévoir d’ici l’été, Shawinigan plaide la pertinence de voir son propre projet être rattaché à Bécancour et Trois-Rivières dans cette future reconnaissance gouvernementale. Et la transition énergétique pourrait bien servir de prétexte à réunir les trois villes sous un même chapeau.

Il faut dire que Shawinigan n’avait pas hésité à soumettre sa demande de zone d’innovation lors de l’appel de propositions lancé par le gouvernement du Québec.

«Notre projet en soi, on a de quoi de solide. Mais en plus, il est en complémentarité avec ce qui se discute à Bécancour», soutient le responsable de l’attraction économique et de l’innovation au Service de développement économique de Shawinigan, David Marcouiller.

Déjà, dans son dépôt de candidature, la Ville évoquait l’émergence de la vente de véhicules électriques, la croissance pour l’utilisation des systèmes de stockage d’énergie et la volonté du Québec d’être un leader dans la transition énergétique.

«Shawinigan joue déjà un rôle clé dans cette stratégie. Il est maintenant temps d’apporter le soutien nécessaire pour faire de cette région la capitale québécoise pour l’accélération de la commercialisation de nouveaux procédés liés à la batterie électrique et à l’électrification des transports », lance-t-il.

Ainsi, le projet de zone d’innovation que la Ville a soumis consiste à créer la CITÉ (Cité Innovante Transport Électrique) en électrification des transports et batteries électriques.

«Notre ambition, comme projet, c’est d’aider le Québec à se positionner comme un précurseur dans l’électrification des transports en faisant de Shawinigan un pôle de classe mondiale dans la recherche et le développement, les efforts de démonstration, le développement des phases pilotes et les start-ups», explique M. Marcouiller.

R&D sur les futures batteries de nouvelle génération (lithium-métal), R&D sur le recyclage de batteries électriques, prototypage–assemblage–recharge de véhicules électriques et optimisation des infrastructures de recharge: voilà les quatre axes d’intervention.

Et cet écosystème «déjà en place» par rapport à la filière de l’électrification des transports et des batteries électriques est concentré sur un territoire qui délimite bien la CITÉ innovante.

Son quartier général serait d’ailleurs situé au Centre d’entrepreneuriat, qui est identifié comme étant le pôle d’animation et un centre collaboratif. Quant au pôle scientifique, on le retrouverait à proximité, sur le futur site décontaminé de la rue de la Transmission. On y retrouverait des laboratoires et des usines pilotes.

Outre ce centre d’innovation, le Technoparc de l’Énergie servirait de pôle de croissance avec les Taïga, Movex, AddÉnergie et Michelin de ce monde, en plus du Laboratoire des technologies de l’énergie d’Hydro-Québec, «un trésor caché hallucinant», affirme le directeur du Service de développement économique de Shawinigan, Luc Arvisais, qui ajoute le CNETE dans l’équation.

Et son équipe caresse le rêve de créer «un genre de Silicon Valley de l’électrification des transports» sur le site de l’ancienne Belgo, ce qui représente le pôle de vision.

On estime donc que la CITÉ innovante pourrait générer des investissements et des retombées de l’ordre de 5,4 milliards de dollars sur cinq ans.

 

Pour lire l'article complet : https://www.lenouvelliste.ca/2022/02/19/electrification-des-transports-et-batteries-electriques-shawinigan-est-prete-pour-la-zone-dinnovation-ec573888b3070e720f710933ba83fda0

Retour à la liste des nouvelles